Nous dionysien(ne)s fier(e)s et en colère

sdEncore une fois, la ville de Saint-Denis est ciblée.

Tout commence le 18 Mai avec un Tweet du directeur adjoint du magazine, Jean-Christophe Buisson:  « La Une du prochain Figaro Magazine. 3 mois en immersion chez les barbus. »

Un reportage glaçant et édifiant ». Voilà, pour eux Saint-Denis c’est « chez les barbus »… La couverture ? Deux jeunes femmes voilées devant la Basilique avec le titre « Molenbeek sur-Seine. A Saint-Denis l’islamisme au quotidien ». Le ton est donné, on comprend immédiatement qu’on va être ENCORE humilié, montré du doigt, désigné coupable de tous les maux du monde.

Le magazine a donc paru ce vendredi 20 Mai. L’ « enquête » est signée Nadjet Chérigui.

Le problème de cet article ? Comme la plupart des articles faits sur notre ville, il réduit Saint-Denis aux salafistes, aux femmes voilées, au halal. C’est inacceptable, diffamatoire, stigmatisant et réducteur. Ce n’est plus possible !

On y parle de « certains quartiers devenus des zones de non-droit » et de « salafistes qui imposent peu à peu leur loi ». On cherche clairement à faire peur. Comme si nous étions entourés par des extrémistes, que nous n’étions plus libres. Comment peut-on écrire ça sur Saint-Denis ? Une ville de mélange et de tolérance.

Toutes les femmes prises en photo sont voilées ou en niqab, laissant croire que toutes les femmes ici le portent et qu’on en croise à chaque coin de rue. Je comprends pourquoi « l’enquête » de cette journaliste a duré trois mois, il fallait au moins ça pour rencontrer des femmes en niqab et obtenir ces trois photos… Bien sûr la majorité des femmes ici ne sont pas voilées ! Surtout n’en parlons pas…

Pire, on affirme que les femmes non voilées seraient « bloquées dans les rues et empêchées de passer ». Je vis à Saint-Denis depuis plus de 15 ans, je n’ai jamais été témoin ou victime de personnes qui auraient bloqué, ou même simplement interpellé parce que non voilée !

Encore une fois, on ment en laissant penser qu’ici beaucoup se seraient « réjouis des attentats de Charlie Hebdo ». Comme si, parce qu’on est musulman-e, on accepterait mieux, voire naturellement les horreurs du terrorisme.

Évidemment, on a eu droit au « halal » partout, en sous-entendant qu’il était difficile de trouver de la viande non-halal. Pourtant il existe bien des boucheries non-halal à Saint-Denis. Sans oublier le marché de Saint-Denis (le Mardi, le Vendredi, et le Dimanche) où l’on retrouve toutes les spécialités non-halal. Un supermarché Carrefour en plein centre ville, des supérettes un peu partout qui vendent toutes les viandes. Sans oublier une charcuterie rue Gabriel Péri. Mais bon, là non plus n’en parlons pas…

Tous les témoignages sont à charge ! On sent que tout est dirigé pour faire passer les musulmans de Saint-Denis pour des extrémistes, des terroristes.

Encore une fois, on prend les habitudes d’une minorité de personnes et on les généralise à toute une population, qui par conséquent se sent à juste titre agressée, stigmatisée, repoussée. C’est tout cela qui peut pousser certain(e)s à se fermer, à se radicaliser.

Beaucoup de Dionysien(ne)s , bien au-delà des musulman(e)s, se sont senti(e)s insulté(e)s, blessé(e)s mais surtout en colère ! Dans la rue comme sur les réseaux sociaux beaucoup se sont exprimé(e)s par des mots, des photos, des vidéos de Saint-Denis afin de montrer leur ville telle qu’elle est en réalité ! On sentait l’envie d’une réaction collective.

Notre Maire Didier Paillard réagit, tout d’abord par un communiqué. Il met en avant notre fierté dionysienne.. Et là on se dit ouf ! Enfin ! On va se lever et dire stop, ça suffit ! L’évocation d’une plainte calme cette colère, ce ras-le-bol… Nous étions prêts, ensemble, à soutenir cette plainte.

Puis vient la déception, ce Questions-Réponses paru dans Le Parisien du 20 mai, ou Didier Paillard dit, en parlant de l’article de Nadjet Cherigui, que « la journaliste a fait son travail », que « c’est un angle d’investigation et que tout n’est pas faux ». Il ne portera pas plainte … Incompréhension … Le ton n’est plus du tout le même. On se sent abandonné, pas défendu du tout !

Mais pourquoi ne rien faire ? Devrions-nous attendre qu’ un(e) autre vienne à nouveau cracher sur nous et notre ville ?

Nous, citoyen(ne)s fiers d’être dionysien(ne)s devrions exiger de notre Maire, censé nous représenter, qu’une plainte soit déposée sans attendre !

Ce contenu a été publié dans Faire ville ensemble, Humeur dionysienne, Info ou Intox. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nous dionysien(ne)s fier(e)s et en colère

  1. Yasmine L dit :
    Tout à fait d’accord. Et je trouve votre blog très intéressant !
  2. matthieu dit :
    A lire et faire suivre, la très bonne contre-enquête de Sihame Assbague et Widad Ketfi publiée sur Acrimed : « Le Figaro à Saint-Denis : Désinformation-sur-Seine »

    http://www.acrimed.org/Le-Figaro-a-Saint-Denis-Desinformation-sur-Seine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *