Enquête exclusive à Saint-Denis, jugé-e-s coupables !

logo

Oui, nous revoilà, vous nous aviez manqué aussi. Et quel meilleur moment pour revenir que celui-ci ? Quelques jours après que M6 et Bernard de la Villardiere aient déclaré leur amour pour Saint-Denis, oui quel meilleur moment ?

Beaucoup de choses ont été écrites sur le sujet. Beaucoup. Et nous retiendrons deux choses. D’une part les réactions outrées de beaucoup d’habitant-e-s de la ville. D’autre part, la responsabilité de celles et ceux qui se sont livré-e-s à cette entreprise de diabolisation.

La base, c’est quand-même de ne pas donner suite aux demandes d’enquête exclusive. Le traitement médiatique qu’ils font des quartiers populaires aurait dû suffire à alerter les différent-e-s participant-e-s au reportage. Mais non. Le dossier tabou – déjà – contre les musulman-e-s de la ville et leur reportage à Sevran n’ont pas suffi.

L’envie de passer à la télé est plus forte que tout.

Tou-t-e-s sont responsables de l’image véhiculée par le reportage. Sans exception. De par leur participation. Mais à des degrés divers.

D’abord Sophie Durand, connue sur la ville pour militer depuis des années contre la municipalité, avec l’association sans crier gare d’abors qui avait déjà deux crédos, la sécurité et la propreté. tiens, ça me rappelle quelque chose, pas vous ? Oui le parti socialiste !  Bravo, mais on en reparle après, promis. Puis en présentant une liste en 2008 aux municipales, si ça c’est pas de la neutralité…

Donc Sophie Durand, la gentille femme qui bosse dans l’immobilier conseille à ses futur-e-s client-e-s de ne surtout pas sortir son téléphone dans la rue à Saint-Denis. Encore un peu  et elle leur conseillera de ne pas sortir du tout. Tenir de tels propos n’est pas anodin, et il faudra les assumer.

Les assumer d’autant plus qu’elle a récidivé et cette fois soutenu le PS en 2014, elle était même sur la liste, et que ça dans le reportage on ne le saura pas.

Ensuite, on voit Houari Guermat, présenté comme ancien trader que la ville tente de dépouiller. Le même Houari Guermat qui passe les dix dixièmes de son temps à chercher comment nuire à la ville, ses élu-e-s et ses habitant-e-s et qui vient après crier à l’islamophobie. Qu’il aura lui même alimentée en donnant cette image exécrable de la ville et donc de ses habitant-e-s.

Là encore, on ne saura pas dans le reportage que Monsieur Guermat s’est présenté en 2014 contre le maire sortant aux élections municipales.

Toujours dans le reportage on aperçoit une femme qui a l’air irritée. Oui, dans la vinothèque, oui vous vous rappelez ? Pourquoi elle est irritée ? Trop d’arabes et de musulman-e-s dans la ville. Elle ne l’a pas dit comme ça, elle a dit « qu’on est plus dans l’équilibre ». Ben oui, quand y’a un arabe ça va mais après…
Mais attention elle n’est pas raciste. Pas d’amalgame.

Ah, j’ai failli oublier cette dame s’appelle Catherine Bachelez et a aussi soutenu le PS aux dernières élections, sur la même liste que Sophie Durand dis-donc. C’est rigolo.

Par ailleurs, deux élus sont présents dans le reportage, Hakim Rebiha et Stéphane Peu.
Et tous deux auraient dû s’abstenir. Le premier parce-que le reportage visait à dire que ouais y’a des musulman-e-s normaux, la preuve il est élu. Et donc il n’y en a pas tant que ça. Sans compter que le côté famille exposée n’était pas nécessaire. Stéphane Peu lui a vraiment voulu montrer comment contenir le prix du foncier, le cauchemar de Sophie Durand. Mais là encore il aurait dû s’abstenir, car les journalistes le font passer pour un « parrain ».

Je le disais au début, beaucoup de réactions qui déjà pointaient les incohérences et les oublis – volontaires ? – des journalistes.

Depuis on a le droit à des larmes de crocodiles de la part de deux des protagonistes. Ils se seraient fait manipuler. Ah ben si c’est ça on oublie et on leur pardonne vous êtes d’accord ? Non ? Ben ça tombe bien nous non plus.

durand

 

durand2

On n’y croit pas un seul instant évidemment. La vraie explication est plus simple. Etant allé-e-s trop loin, ces deux personnes ont préféré s’excuser pour éviter de prendre des œufs de la farine, ou des babouches en pleine figure, et entre nous, ce serait pas immérité.

Sauf qu’il est trop tard, et qu’on est un paquet à ne pas vouloir leur pardonner, jamais.

On ne pouvait pas vous quitter sans demander ce qui l’a déjà été par ailleurs, à savoir le sentiment de Mathieu Hanotin. Aux dernières nouvelles il est député de la ville.

Il devrait nous parler de ces témoignages de deux de ses ancien-e-s co-listier-e-s.

Je suis sûr que ce serait instructif. Mais comme souvent quand il s’agit de soutenir Saint-Denis, il a toujours mieux à faire.

Ce contenu a été publié dans Faire ville ensemble. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *