La Plaine, quartier ouvert

Ce99f9qWQAEoEZs

On aurait pu s’attendre à une réunion de technocrates, une de ces réunions où se succèdent les diaporamas avec des tas de chiffres et de dessins stylisés des futurs aménagements. Lors de cette journée intitulée « Mon quartier c’est la plaine », on en a bien vu défiler quelques-uns pour présenter le Grand Paris ou le QUIGP (comprendre : le quartier universitaire international du Grand Paris).

 

 

Plan-QUIGP

Ce nouveau « quartier latin », qui commencera à sortir de terre à partir de 2019, autour du Campus Condorcet, comptera 4700 lits et 20 000m2 d’équipements « ouverts à tous », nous dit-on. L’EPA Plaine de France nous promet « un écosystème étudiant », où les jeunes ne se rueront pas sur Paris une fois les cours terminés, et où les interactions avec les habitants seront favorisées. (souhaitons tout de même qu’il y en ait un peu plus qu’avec les dizaines de milliers de salariés qui viennent travailler à la Plaine tous les jours!)

Heureusement, l’association Mémoire vivante de la Plaine est venue donner un passé et un peu d’âme à la réunion. Jacques Grossard a retracé les siècles d’histoire, notamment industrielle et ouvrière, de la Plaine. Le CNAM par exemple, qui accueille les participants, est justement situé sur le site de l’ancienne tréfilerie Mouton. ob_1802c6_800px-ll-250-plaine-st-denis-l-avenue-de-paris-ciSurtout (et ce n’est pas pour déplaire à notre blog) l’association est venue plaider pour une ville ouverte, au sens le plus concret du terme. Autrement dit, une ville sans barrières, où les espaces publics sont accessibles. Une ville où, par exemple, les jardins de la Maison des Sciences de l’Homme ne seraient pas fermés au public le week-end.

Jean-Jacques Clément, de l’association, a eu l’excellente idée de dresser la liste des lieux et moments de rencontre :

– l’avenue Wilson et ses pique-niques ;

– le square de la Cristallerie ou celui des Acrobates ;

– le marché de la rue de la Métallurgie, qui a profité de la réhabilitation d’une ancienne halle industrielle ;

– les lieux cultuels : le centre musulman du la rue du Bailly (avant la construction de la mosquée) et l’église Saint-Paul (où sont régulièrement organisés des concerts ouverts à tous, salariés et habitants)

– la récente fête de la Sainte-Ninon…

Autant d’occasions de voir la Plaine sous un nouvel angle.

« Ce qui est important, ce sont les espaces partagés et mutualisés », conclut Jean-Jacques Clément, un peu à l’image de Berlin selon lui. On ne peut qu’approuver.

Ce contenu a été publié dans Faire ville ensemble, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *